Accueil

espace logos

_

_

_





Qui sommes nous |


Nos valeurs

manifestation
espace
valeurs cfdt

Démocratie

Pour un réel fonctionnement démocratique, il faut un état d'esprit, une volonté, une éthique. La CFDT a toujours voulu faire participer les adhérents aux prises de décision, et pour cela, elle préfère les commissions où chacun peut s'exprimer, aux assemblées générales où les travailleurs n'ont guère la possibilité de discuter les décisions présentées par les leaders. Soulignons que la CFDT a été la première confédération à revendiquer le droit d'expression pour les salariés, sur le lieu de travail.
haut de page

Emancipation

Lutter pour le respect de la personne humaine, ce n'est pas lutter pour que les hommes donnent à leur vie tel ou tel sens, se réfèrent à telle ou telle doctrine, c'est agir pour que les hommes bénéficient dans leur existence sociale, dans leur travail, de conditions telles qu'ils puissent eux-mêmes décider du sens de leur vie. Il s'agit d'assurer la « capacité de choix des individus ». Par exemple : les revendications visant l'accès des femmes à un statut d'égalité avec celui des hommes dans l'activité professionnelle et dans la vie sociale.

Solidarité

L'évolution de la société, rend les salariés plus attentifs à leurs problèmes individuels. Se syndiquer permet de rendre collectives des demandes individuelles (reconnaissance des métiers, des qualifications, pour un travail plus souple...).

Autonomie

C'est le refus de toute direction de conscience. En 1946, le congrès vote le refus du cumul des mandats politiques et syndicaux. Les dirigeants doivent choisir : pour garder leurs responsabilités syndicales, ils doivent refuser des postes de dirigeants dans le parti et ne peuvent accepter des mandats parlementaires. Le non-cumul des mandats a été confirmé et précisé maintes fois par la suite et est toujours en vigueur, quel que soit le parti. Ce non-cumul des mandats permet à l'organisation de jeter son propre regard sur la réalité. En 1986, la CFDT a décidé de ne plus donner de consignes de vote : il ne s'agit pas de « mettre dans le même sac la gauche et la droite », mais de « ne pas être assimilé à un parti ».
haut de page

Refus des inégalités

La CFDT a depuis plus de 40 ans proposé une action pour « les plus défavorisés » : relèvement du SMIG, des prestations familiales, augmentation des retraites. Si l'on sort de l'entreprise on peut souligner plusieurs types de revendications allant dans le sens de l'égalité ; par exemple l'action pour l'égalité des chances à l'école. En ce domaine, il ne s'agit pas de « mettre tout le monde dans le même sac », de proposer à chacun le même type d'enseignement. Pour rétablir l'égalité des chances, il faut donner plus à ceux qui ont moins ; c'est le sens des « zones d'éducation prioritaire » revendication du SGEN, puis de la CFDT.
haut de page

Droits de l'homme et libertés

« Le syndicalisme français doit affirmer le respect de la personne humaine, en dehors de toute considération de race, de religion, ou d'opinion ; il doit être libre, tant dans l'exercice de son activité collective que dans l'exercice de la liberté individuelle de chacun de ses membres » (Manifeste des douze, 1940). Au plan international on peut citer nombre d'interventions : contre l'intervention des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en 1968 ; lors de la guerre américaine au Vietnam, de 1966 à 1972 On peut noter également des manifestations contre les dictatures en Espagne, au Chili, contre l'apartheid en Afrique du Sud, etc.
haut de page

Laïcité

Il faut attendre 1947, pour que la centrale abandonne la référence à la doctrine sociale de l'Eglise catholique adoptée à sa naissance en 1919). Elle continue cependant à se référer à la « morale sociale chrétienne », qui inspire l'action, mais ne dicte pas les solutions. A travers les débats pour la construction d'une organisation laïque on peut noter deux soucis - rassembler le maximum de travailleurs et par là construire une organisation efficace qui ait pleinement sa place au sein du mouvement ouvrier français - affirmer la volonté d'autonomie d'une organisation qui entend elle-même définir ses objectifs et sa stratégie Le débat aboutit en novembre 1964, avec la transformation en CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail).
haut de page

Historique

En mai 1997 la FGE (Fédération Gaz Electricité) et la FUC (Fédération Unifiée de la Chimie), ont fusionné, donnant naissance à la FCE (Fédération Chimie Energie). Fusion rendue possible grâce à des réalités professionnelles communes, des stratégies industrielles articulées, et permettant de faire coexister des secteurs privés et nationalisés dans une même fédération.
Les syndicats de la chimie et de l'énergie, se sont donc réunis sur leurs territoires, et le SECIF-CFDT, syndicat Energie Chimie de l'Ile-de-France, réunissant le STIC, l'URS et les syndicats chimie de Seine-et-Marne a alors existé dès juin 1997.
Comme la FCE-CFDT, le SECIF-CFDT couvre 8 branches professionnelles : le caoutchouc, la chimie, les industries électrique et gazière, le papier-carton, la pharmacie, le pétrole, la plasturgie et le verre. Ce qui représente 26 conventions collectives.
Tout salarié de ces champs professionnels peut adhérer.

haut de page

Organisation - Instances

Comment fonctionne la CFDT


schema organisation cfdt


haut de page

Le syndicat

Le SECIF, Syndicat Energie Chimie de l'Ile-de-France est affilié à la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT). Il adhère à la « Déclaration de principe », préambule des statuts de la Confédération (approuvé par 70,11 % des mandats les 6 et 7 novembre 1964 au congrès de PARIS), et s'inspire des orientations définies dans les congrès confédéraux.
Par son adhésion à la CFDT, le SECIF-CFDT est membre de la Fédération de la Chimie et de l'énergie CFDT et de l'Union régionale interprofessionnelle (URI).
. Le SECIF-CFDT, comptant 5 400 adhérents, rassemble environ 300 sections syndicales d'entreprises CFDT issues de grands groupes industriels comme de PME/TPE. Il regroupe également environ 500 adhérents isolés.
. Le SECIF-CFDT a pour but d'organiser les salariés en développant notre organisation. Il défend les intérêts professionnels de ses adhérents, ainsi que la prise en compte de l'intérêt général.
. Le SECIF-CFDT souhaite développer la CFDT afin d'assurer dans un esprit de solidarité, la défense individuelle et collective des intérêts professionnels, économiques et sociaux des adhérents.
. Le SECIF-CFDT étudie et élabore les propositions et les revendications de la CFDT sur les problèmes politiques, économiques, sociaux et environnementaux posés dans la société. Il contribue à l'élaboration des orientations et positions concernant l'action professionnelle et interprofessionnelle. Il développe le rapport de force, négocie et signe les accords collectifs dans les entreprises. Il informe ses adhérents et militants, et leur assure la formation syndicale sur tous les sujets qui concernent les salariés.
Les priorités du SECIF-CFDT sont l'emploi par la Réduction du Temps de Travail généralisée et la qualité de l'emploi par des contrats stables, de meilleures conditions de travail, l'évolution des qualifications, la maîtrise des risques industriels. Le SECIF-CFDT s'inscrit dans l'objectif de Développement Durable, justice sociale, respect de l'environnement, efficacité économique.

haut de page

Instances

Le conseil syndical

L'organe politique du SECIF-CFDT est son Conseil syndical. Le Conseil syndical a la responsabilité de l'action du syndicat et de son organisation, dans le cadre des orientations générales décidées par le congrès. Il élabore et adopte un plan de travail pour la durée du mandat, et un budget dont il contrôle l'exécution. Il se réunit au minimum 6 fois par an. Il missionne et contrôle l'exécutif.

L'exécutif

Le Conseil syndical élit en son sein un exécutif composé d'un secrétaire général, d'un trésorier ainsi que de leurs adjoints. L'exécutif du syndicat assure la gestion permanente du syndicat dans le cadre des décisions d'orientation générale prises par le conseil et le congrès. L'exécutif rend compte de ses activités devant le conseil qui en contrôle la gestion.

Les comités territoriaux de branche (CTB)

Le syndicat organise des comités territoriaux de branche issus des secteurs professionnels de son champ. Les CTB ont pour mission de repérer les besoins des salariés, de coordonner et de soutenir l'action des sections syndicales concernées dans la mise en œuvre de la politique revendicative du syndicat. Leurs animateurs sont proposés par leur branche en lien avec le conseil syndical.

Les secteurs locaux

Afin de prendre en charge les questions touchant au territoire et au développement local, il est créé des secteurs locaux de coopération. Chaque secteur local de coopération comprend l'ensemble des adhérents organisés en sections syndicales, ainsi que les isolés.
Les secteurs locaux de coopération ont pour mission de :
. Soutenir les sections syndicales dans la mise en œuvre des orientations du syndicat et dans l'élaboration de leur plan de travail.
. Assurer la syndicalisation et de prendre en charge l'implantation de nouvelles sections sur son espace territorial.
. Permettre le développement de projets solidaires sur le territoire en lien avec les structures interprofessionnelles.
. Mutualiser des moyens d'information et de communication vers les adhérents, les salariés et pensionnés.
. Répondre aux questions urgentes des adhérents quant à l'application de leurs droits et de leurs conventions collectives.
Les animateurs de secteurs locaux de coopération sont issus des SSE du secteur local, ils sont proposés par les SSE en lien avec le conseil sortant, élus par le congrès et membre du Conseil syndical.
haut de page

L'équipe

Administratifs et techniques:

Nadia Meslem
Linda Djouaher.

Membres de l'exécutif :

Catherine Lorquin, Marion Dauchot, Michel Dubarry, Arcangelo Calabro, Teddy Hameau et Chafika Yahiaou.
Pour connaître les coordonnées de chacun cliquez ici ou bien sur le lien Contacts en haut à droite.

haut de page


SECIF-CFDT 2008-2015             Plan du site  |  Contact